Terrorisme bionique

16 Janvier 2060, Poste de pilotage du LacteaVI à 56 millions de kilomètres de la Terre, 68ème jour de navigation, en approche de la planète Mars.

William transportait des terriens vers l’astre poussiéreux depuis 15 ans. Il connaissait les moindres recoins de ce vaisseau en forme d’anneau. Cet engin au design minimaliste, d’un blanc opalin, et dont les parois lisses et courbées camouflaient les technologies les plus avancées. Aucune commande mécanique, seuls la parole et le mouvement des mains étaient reconnus. Le commandant n’avait qu’un seul ami, Lennon. Il imaginait le goût d’une MarsiWeiser bien fraîche quand Lennon le sortit de sa rêverie.

-Will, on a un problème.

-Dis-moi, gros sac de micropuces.

William écarta le col mao de sa tunique, assortie à ses cheveux poivre et sel, et fit craquer sa nuque. L’écran translucide de 3 mètres de large s’illumina avec les paramètres de l’appareil devant lui.

-Voici, ramassis de bactéries vieillissantes. Je fais face à des tentatives de corruptions très agressives.

-Lennon, tu fais d’énormes progrès de langage ! J’ai la sensation que tu te documentes de ton côté, non ?

William aperçut les données sur l’écran et perdit son sourire dans l’instant. Ses yeux sombres furent happés par la trajectoire qui venait d’être légèrement déviée. Déviée vers une mort certaine. Il pensa aux mille cent cinquante passagers à bord !

La planète rouge avait été largement terraformée, beaucoup de civils y résidaient confortablement. Même si les conditions de vie s’apparentaient à la captivité. Chaque déplacement devait être autorisé, avec combinaison, et était enregistré. Finit les sorties en catimini à trois heures du matin. Pourtant l’engouement pour Mars allait grandissant. Ce qui n’enchantait pas tout le monde. Le gouvernement international n’avait pas encore pu faire de cette planète sa propriété. Seule une entreprise privée gardait le monopole sur ce type d’expédition. Le patron visionnaire et pugnace, avait accepté de recevoir quelques représentants dans ses installations afin de réduire les tensions interstellaires. Certains passagers politiques, et leur garde rapprochée, étaient également à bord.

William balayait d’un mouvement de main frénétique les images des caméras. Puis les yeux écarquillés, ralentit et revint en arrière.

-Lennon ! Avorte l’analyse de toutes les autres pièces. La salle des jeux vidéo. Notre gars est là. William pointa sur l’écran l’individu qui lui parut suspect.

Seulement quelques secondes plus tard, le résultat s’affichait. Jacob Montin, 16 ans, origine Europe Centrale. Lennon activa tous les senseurs de la pièce. Le rythme cardiaque du jeune homme était stable.

-Will, nanotechnologie sous cutanée détectée.

-La puce de géolocalisation, elle a sans doute été implantée à la naissance. Suivre son enfant en temps réel où qu’il soit, les parents sont friands de ce genre de gadgets. Affiche-moi le scan cérébral.

L’image fut instantanée. On pouvait y voir l’activité des différentes zones. Lennon fit le zoom sur la partie du cortex.

-Bingo ! Un processeur de cinq millimètres. Arrête le scan, de toute façon il doit avoir le reste de l’attirail bionique. J’en avais entendu parler mais pour moi c’est une première. Lennon, ce gamin est un terroriste de nouvelle génération.

-Demande autorisation d’éradication.

-Refusée, y a des civils autour, ça va être la panique totale. Et c’est ce qu’il veut, l’attention de tout le monde. Laisse-moi réfléchir.

Lennon publiait toutes les possibilités, concentrait son énergie sur le calcul des probabilités. Et affichait la consommation croissante de ses batteries.

-Will, Jacob décrypte mes protocoles. Je me sens… violé ?

-Je comprends mon Lennon. Jacob a dévié notre trajectoire et est déjà en toi. OK, assez joué, utilise sa fréquence.

Au même moment Jacob fixa l’écran. Sans que ses lèvres ne se murent, la voix du jeune homme se fit entendre.

-Bonjour commandant, j’ai pris le contrôle du navire, vous ne pouvez plus rien maintenant. Il est inutile que les civils hurlent avant l’impact. Le LacteaVI s’écrasera tout seul, alors qu’il était sous votre contrôle.

L’adolescent au regard bleu acier était effroyablement calme. William avait le visage décomposé. Lennon continuait à afficher certains paramètres et l’image agrandie de la salle de jeux où les masques de réalité virtuelle, et les écrans des joueurs s’éteignaient les uns après les autres avec un message d’erreur. Jacob restait impassible, concentré face à la caméra.

William remarqua la salle de jeux se vider et esquissa un sourire. Lennon prit la parole.

-Jacob, je suis la conscience de ce vaisseau, je suis partout.

La porte de la salle de jeu se referma. La lumière fut fortement réduite. Jacob parut décontenancé, quand il remarqua qu’il était seul dans la pièce.

-Ma mission est de protéger les civils Jacob, à n’importe quel prix.

Un laser rouge apparut sur le polo noir du jeune terroriste, maintenant complètement effrayé. Jacob fut pris de court, et rapidement neutralisé par les agents de sécurité envoyés par Lennon. William se prit la tête entre les mains, et expira longuement.

-Lennon, correction de trajectoire ?

-C’est fait Will.

-Lennon… Tu as feinté ?

-Je lui ai laissé le contrôle de certains programmes pour pouvoir agir en arrière-plan. Jacob voulait se protéger avec la présence des civils. Il a eu raison. J’ai supprimé l’activité des écrans pour les autres joueurs, qui se sont pour la plupart, rués vers la cabine restaurant. J’ai isolé l’ennemi. J’hésite à définir cette succession d’actions, et décisions comme une simple feinte, ou une stratégie calculée avec succès.

-Tu n’es qu’un médiocre enchainement algorithmique, mais bien joué !

-Avec plaisir, vulgaire concentration d’amas graisseux.

William s’étouffa dans un rire en imitant Lennon

-Je suis la conscience de ce vaisseau… t’as fait fort Lennon.

-J’ai toujours rêvé de dire ça.

-Parce que tu rêves maintenant ?

 

=======================================================================================

La science-fiction n’est pas un genre que je connais bien, mais je le trouve très inspirant.

8 Comments

  1. Julie Dambly

    He! Pas mal! Intéressant de comprendre au dernier moment qu’un des 2 conducteurs est un robot! Même si un peu de frustration sur le déroulement très rapide d’un début de suspens qui commençait à peine à s’installer. Je sais c’est une nouvelle ! À quand le livre?

    • christelle-hens

      Ici la consigne était de créer un android ou une intelligence artificielle, une planète, un vaisseau. Beaucoup d’éléments à inclure en si peu de signes. J’aime bien le format nouvelle, parce que court et que ça peut se lire vite fait dans une salle d’attente ou dans un transport en commun. Mais tcheu que c’est challenging (fin pour moi). Merci d’avoir laissé ton ressenti, ça m’aide à mieux cerner les attentes. Des bises

  2. Bonjour Christelle,
    Je découvre cette nouvelle de science-fiction ( je crois bien que ce terme n’est plus utilisé à notre époque mais je l’aime bien car il fait comprendre de quoi l’on parle) et je suis un pau “largué’ par rapport à certains mots de l’histoire surtout les mots techniques. Pour ma par j’avais compris que l’un des deux “pilotes” était un robot “gros sac de micro-puces, alors que l’autre se fait traiter de”ramassis de bactéries vieillissantes” ! En tous cas bravo pour l’invention de mot comme “terraformée” (à la Boris Vian) et pour ton imagination débordante qui peut-être sera d’actualité dans moins de 20 ans, à l’allure ont vont les progrès des nano-sciences qui veulent nous transformer en transhumains! On avait déjà la transhumance qui concerne uniquement que les animaux mais nous allons y arriver nous aussi avec un de patience!
    Belle journée à toi

    • christelle-hens

      Salut William, Tu as très bien compris. En effet, l’un des deux est un robot, une intelligence artificielle, et l’autre un pilote humain averti.
      Le côté technique peut parfois être déroutant, mais il me semble que le message principale passe quand même. Merci d’être venu 🙂

  3. Super Christelle, tu comprendras l’intérêt que je porte à ce texte que j’ai beaucoup apprécié. Comme je suis dans ce monde j’ai tout de suite compris que le dialogue est entre une IA et un humain. et c ‘est ce que j’essaye de faire de mon coté. je serais heureuse que tu ailles faire un tour sur mon blog pour me donner un avis . à bientôt j’espère.

    • christelle-hens

      Hello Alix, j’irai faire un tour sur ton blog avec plaisir. Merci de ton intérêt. Et si tu es de ce monde et que tu as apprécié, j’en suis d’autant plus ravie. A bientôt 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top